THE ORVILLE (S01E06 – Krill)

Attaquée pour la 3ème fois en 4 mois par les Krills, la colonie Castor IV voit le USS Orville la défendre, alors qu’elle est bombardée par un gigantesque vaisseau de guerre Krill, le Kakof. Ed décide alors une manœuvre osée qui permet la destruction du vaisseau. Dans les décombres, ils découvrent une navette, intacte, première pièce de technologie Krill que l’Union puisse étudier.  L’amiral Ozawa confie alors une mission à Ed, lui demandant de voler l’Ankhara, le livre saint Krill. En effet, ces derniers pensent que leur Dieu leur a donné tous les droits de conquête et de destruction des autres races dans la galaxie.

Ed et Gordon, équipés d’émetteurs holographiques portatifs qui donnent l’apparence de krill, utilisent la navette pour monter à bord d’un vaisseau de guerre, le Yakar, et tenter de dérober un Ankhara, pour mieux comprendre la société Krill. Ils découvrent alors une bombe expérimentale qui doit être larguée sur la colonie Rhana III pour exterminer 100 000 humains en une seule explosion. Ed et Gordon (renommés Chris et Devin) décident alors de contrer cette menace.

Voici un épisode très politique, il est impossible de ne pas faire le parallèle entre les actions des Krills et la géopolitique actuelle, ainsi que les attentats à travers le monde. Il est intéressant de découvrir la société des Krills, qui n’étaient pour le moment que les ennemis de l’Union par défaut, découverts dans l’épisode “Old Wounds“, sans plus de développement. On peut d’ailleurs comprendre que le tout dernier dialogue, l’échange entre Ed et la Krill Teleya, sur le sauvetage des enfants lors de la destruction du vaisseau est également un rapport très politique avec le monde réel.

Au passage, on apprends dans cet épisode qu’Alara a du mal a trouver un petit ami, sa force 10 fois plus importante que n’importe qui semble faire peur à d’éventuels prétendants. Isaac se propose de lui faire l’amour pour lui rendre service. Bortus a un estomac de chèvre, il est capable de tout manger sans conséquences : une boule de wasabi, un cactus, du verre et tout un tas d’autres choses pour le plus grand amusement de Gordon et John (et les Krills ressemblent vraiment aux Jem’Hadar).

Cet épisode a été écrit par un vétéran trekkien, David A. Goodman, produteur de Enterprise et également de The Orville. L’écriture est brillante, elle touche le sujet très délicat qu’est la religion, en faisant un parallèle flagrant avec notre monde, sans jamais donner un véritable avis, mais plutôt une observation neutre. On découvre également le point de vue des Krills. Comme toujours, l’humour, ici un peu plus subtil, associé à un sujet grave est omniprésent et bien plus intelligent. Vraiment un excellent épisode, peut-être le plus abouti (alors que Pria avait déjà frappé fort). Je ne peux mettre que 10/10 encore une fois !

Laisser un commentaire